Qoussay Ibn Kilab et la tribu Qoreïche:



La tribu de Jourhoum a donc dirigé la Mecque durant quelques siècles. La cité s’est agrandie, et la population s’est multipliée. La Mecque devient un centre religieux où chaque année des pèlerins viennent de tous les coins. Économiquement, la cité devient prospère grâce au commerce et à sa position géographique, en effet tous les commerçants du Sud et du Nord transitaient par la Mecque un lieu de foi, de commerce et de repos. Parmi les descendants d’Ismaïl, certains ont quitté la Mecque et d’autres sont restés. Parmi ceux qui restèrent à la Mecque on trouve : Fihr surnommé aussi « Qoreïche » qui va donner la descendance de Qoreïche, la tribu à laquelle appartiendra le Prophète Mohammed.

La Mecque est très convoitée et par conséquent Jourhoum va s’attirer des ennemis. L’ennemi déclaré fut la tribu de Khouzaâ qui ne tarda pas à déclarer une guerre sans précédent à Jourhoum. Lorsque Khouzaâ dirigée par un chef incontesté, Âmr Ibn Louhey prit le dessus, Jourhoum pour se venger enterra définitivement le puits de Zamzam et donc l’eau était inexistante à la Mecque. Il fallait parcourir une certaine distance pour se ravitailler en eau. La guerre éclata donc, et les Jourhoumites furent décimés, alors que d’autres se dispersèrent, parmi eux les descendants de Qoreïche. Ainsi Khouzaâ domina la Mecque et Âmr ibn Louhey devint le chef suprême. C’est lui d’ailleurs qui va imposer des coutumes païennes, et introduisit l’idolâtrie pour la première fois à la Mecque.

Ibn Taymiyya dit à ce propos :

« Les arabes, descendants d’Ismail et d’autres, qui vivaient dans le voisinage de la Maison antique construite par Ibrahim et Ismaïl, suivaient tous la religion d’Ibrahim et Ismaïl, jusqu’au moment l’un des chefs Khouzaâ, en l’occurrence Amr Ibn Louhey, entacha cette religion d’Ibrahim de polythéisme et de l’interdiction de ce qu’Allah n’a pas interdit. Voilà pourquoi le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) dit :

« J’ai vu Amr ibn Louhay Al Khouzaï traîner ses entrailles en enfer : il fût le premier à déclarer des animaux tabous (une coutume païenne à propos des chameaux et des brebis) »  (Boukhari)

 


Khouzaâ prit donc la direction de la Maison Sacrée, se transmettant cette charge de dignitaire en dignitaire. Le dernier chef de Khouzâa fut Houlaïl El-khouzaï. Durant son règne, un homme du nom de Qoussay ibn Kilab épousa sa fille Houbba, qui lui donna quatre enfants : Abd Ad-dar, Abd Manaf, Abd el Uzza, Abda ».
 

Par ce mariage, Qoussay devint un maître parmi son peuple. Cependant il était un descendant de Qoreïche. C'est lui qui rassembla Qoreïche (du peuple de Djourhoum), après qu'ils furent dispersés dans les contrées de la presqu'ile arabique.
Lorsque les fils de Qoussay se multiplièrent, que ses biens furent abondants et que son rang était élevé, Houlaïl, ce chef Khouzaï mourut.

Alors Qoussay s'aperçu qu'il était le plus digne d'être le nouveau souverain de la Mecque. Il reçut le soutien des autres tribus arabes qui lui firent acte d'allégeance pour combattre les Khouzaâ et les chasser de la maison sacrée, pour en prendre la charge. Il y eut entre eux une grande bataille ou le sang fut versé. Il y eu ensuite un arbitrage. Ce fut Qoussay qui fut considéré comme ayant le plus de droits que les Khouzaâ à diriger la Mecque.
Il prit la responsabilité et le commandement de la Mecque et laissa les arabes à leur coutumes et croyances car il s'était engagé à ne rien changer de cela.

Cependant il entreprit des réformes politiques importantes, à savoir : Le rassemblement et l’unification de la tribu de Qoreïche qui devint la plus influente à la Mecque, et la fondation de Dar An-Nadwa : un mini parlement. Dans ce mini parlement, les nouveaux Seigneurs de la Mecque s’y réunissaient autour de leur Chef (Qossay Ibn Kilab) pour se concerter et pour traiter les affaires de la cité. Dar An-Nadwa était une institution importante, car elle assurait leur unité et le règlement à l’amiable de tous leurs différends. On y célébrait également les mariages.

Par ailleurs Qoussay reçut tous les honneurs de l’époque, à savoir :

 

Une des anciennes clés de Ka'ba



Quand Qoussay pris de l'âge, il délégua alors les charges dont il avait la responsabilité et tous les honneurs à son fils Abd Ad-dar, son ainé, juste avant sa mort. Qoussay fut une figure emblématique parmi les ancêtres du Prophète Mohammed, son cinquième arrière-grand-père, surnommé le rassembleur de Qoreïche.

Après la mort De Qoussay et de son fils Abd-Dar, surgissent alors les querelles internes familiales sur le partage des honneurs et des pouvoirs. Ils divergèrent donc entre eux, entrainant dans leurs querelles les Qoraïchites qui se divisèrent en 2 parties : Une partie soutenant les Banou Abd Ad-dar et une autre partie soutenant les Banou Abdel Manaf. Cette descension portera ses méfaits jusqu’à la génération du Prophète Mohammed. On évita de peu une guerre civile, et finalement ils s’appelèrent à faire la paix, à condition qu'on donnât à Banou Abdel Manaf : la siqaya et la rifada et qu'on donnât au Bannu Abd Ad-dar : la hijaba et l'étendard qu'ils avaient auparavant. Tous consentirent à ces conditions et s'abstinrent de faire la guerre.

Nous reviendrons sur la généalogie du Prophète à partir de Hachim, son arrière grand-père. Voici une illustration de l'arbre généalogique du Prophète depuis Adnan (un descendant d'Ismaël, fils d'Abraham - paix et salut sur eux)


Le: 2018-06-13 Par: MA

Soutenez-nous