Ces musulmans qui ont pris la place de Dieu :



Ignorants, sans raison ni éducation, sans foi ni loi, certains musulmans passent leur temps à juger les gens et à les condamner. Ils osent classifier les musulmans selon le degré de leurs pratiques et de leur piété, ils sont capables de dévoiler les intentions. Ils vont jusqu'à tuer au nom de Dieu. 

Ils jettent les gens en enfer avant même leur mort, et ils donnent des tickets d’entrée au Paradis à leurs semblables endoctrinés et soumis à leurs passions. Ils ont l’art et la manière de feindre avec des beaux discours appuyés par des interprétations erronées et mensongères des textes sacrés pour tromper les foules, légitimer leurs crimes.

Ils propagent la haine de l'autre parce qu'il est différent. Ils jettent l'anathème sur tout musulman qui refuse de se plier à leurs idées obscures et obscurantistes.

L’orgueil les envahit à tel point qu’ils pensent détenir à eux seuls la toute vérité, ils rejettent même avec arrogance le dessein de Dieu qui a crée l’Humanité dans sa diversité.

Il y a le croyant et le non croyant, le monothéiste et l’idolâtre, le chrétien et le juif, le bouddhiste et le gnostique, et il y a aussi les musulmans dans leurs diversités : le chiite et le sunnite, le pratiquant et le non pratiquant, le fervent adorateur et le pécheur. Mais qu'ils sachent que tout cela est la volonté de Dieu. Allah ne dit-Il pas :

« Ô hommes ! Nous vous avons créés d’un homme et d’une femme, et Nous vous avons établis en peuples et en tribus pour que vous appreniez à vous connaître… » (Sourate 49 ; Verset 13)

- « Si Dieu l’avait voulu, il aurait fait de vous une seule communauté. Mais il a voulu vous éprouver par le don qu’il vous a fait. Cherchez à vous surpasser les uns les autres dans les bonnes œuvres. Votre retour, à tous, se fera vers Dieu. Il vous éclairera, alors, au sujet de vos différends ».  (Sourate 5 ; Verset 48)

 

Louanges à Dieu, le Paradis et l’enfer sont entre Ses Mains, Lui Seul pardonne ou punit comme bon Lui semble car Il est l’Unique à connaitre les profondeurs des cœurs et la nature des âmes.

Le Prophète de l'islam ne s’est jamais aventuré à juger les fonds des poitrines des gens, car Il obéissait avec humilité aux recommandations du Coran, lorsque son Seigneur lui fit ces ordres à propos de son peuple qui s’obstinaient dans l’idolâtrie :

« Si Allah voulait, ils ne seraient point idolâtres ! Mais Nous ne t’avons pas désigné comme gardien sur eux ; et tu n’es pas leur garant ». (Sourate 6 ; Verset 107)

- « Est-ce toi qui vas forcer les gens à croire ? » (Sourate 10 ; Verset 99)

 

Que répondent ces nouveaux dieux autoproclamés à ces Versets ?  Cherchent-ils à égaler Dieu dans ses pouvoirs ?

Ils ont outrepassé les limites que même le Prophète n’a jamais franchies ; car sa mission était simplement de transmettre le message de Dieu sans juger, ni dominer, ni condamner, ni contraindre. Ainsi Dieu lui rappelait à son Messager :

« Eh bien, rappelle ! Tu n’es qu’un rappeleur, et tu n’es pas un dominateur sur eux ». (Sourate 88, Versets 21 et 22)

« Ton seul devoir est de communiquer le Message. Et c’est à Nous ensuite de leur demander des comptes ». (Sourate 13 ; Verset 40)

 

Rappelons également ces enseignements prophétiques clairs qui démontrent la gravité de parler et de juger à la place de Dieu :

*     Selon Ibn Joundeb Ibn Abdlillah Al-bajali : « j’ai entendu le prophète narrer :

- « un homme disait (à propos d’un autre) : « Dieu ne pardonnera jamais à un tel (Dieu ne le fera jamais entrer au paradis).

-              Allah déclara alors : « Qui se permet de jurer en Mon Nom que Je ne pardonnerai pas à un tel ? »

Le Prophète poursuit :

- « Allah dit : « Je lui ai pardonné (ses péchés), et quant à Toi (celui qui osa juger à la place de Dieu), Je rabaisse toutes tes actions (et il fut jeté au feu) ». » (Rapporté par Abou Daoud)

 

*    Selon Abou Houraïra : « j’ai entendu le Prophète dire :

- « il y avait chez les fils d’Israël (Hébreux) deux hommes qui se sont devenus frères dans la foi, (les deux étaient croyants), cependant l’un d’eux était un pécheur, et l’autre un fervent adorateur.

- Le fervent adorateur disait souvent au pécheur : « diminue ! » (Dans le sens : cesse tes péchés !)

- Une autre fois il le vit en flagrant délit entrain de commettre un péché ; il lui dit : « cesse ! ».

- Le pécheur lui répondit alors : « éloigne-toi de moi, tu n’as pas été envoyé pour me juger ».

- Le fervent adorateur s’exclama : « par Dieu !  Dieu ne te pardonnera jamais ! »

Le prophète poursuit (le récit) :

- « Allah ôta aux deux frères leurs âmes (les fit mourir). Ainsi les deux comparurent devant le Seigneur des mondes.

- Allah dit alors au fervent adorateur ! « Étais-tu savant ? Ou bien connais-tu les pouvoirs entre Mes Mains ?»

- « Puis Allah déclara au pécheur : « Va ! Entre au Paradis, Je t’ai pardonné ». »

-  Quant au fervent adorateur (celui qui s’est permis de juger à la place de Dieu) ; Allah dira : « Prenez-le et conduisez-le au feu !)

Le Prophète termina par ces propos :

- « Par Celui qui détient mon âme entre Ses Mains ! Pour un seul mot prononcé, cet homme a perdu ce monde et l’au-delà ». (Rapporté par Ibn Hibbane)

 

La Miséricorde de Dieu est immense et inimaginable, Il guide et égare qui Il veut. Il pardonne à qui Il veut et quand Il veut. Nous ne sommes pas des juges de la foi des gens, ni des dominateurs sur les êtres humains, ni les gardiens du royaume des cieux, car Seul Dieu détient ces pouvoirs. C’est un blasphème contre le Seigneur des mondes, c’est oser le concurrencer dans ses pouvoirs : c’est de l’associationnisme « Shirk ».


Le: 2018-05-29 Par: MA

Soutenez-nous